Offre de la semaine

Tout savoir sur les flavonoïdes du cannabis

Design sans titre (59)

Les flavonoïdes, célèbres phytonutriments aux multiples vertus, acclamés par les adeptes de la diététique et du bien-être au naturel, et pourtant, si peu racontés lorsqu’il s’agit de cannabis. Car oui, figurez-vous que l’on trouve des flavonoïdes dans le cannabis. Et pas qu’un peu, puisqu’ils constituent 10% du bagage moléculaire de la plante !

QU’EST-CE QU’UN FLAVONOÏDE ?

Ils ont été officiellement découverts en 1936, par Albert Szent-Györgyi, prix Nobel hongrois à qui l’on doit également la découverte de la vitamine C.

Pour la petite anecdote, les flavonoïdes étaient censés s’appeler « vitamine P ». Mais leur synthèse n’étant pas vitale pour l’organisme, ils ont rapidement été déchus de ce titre. Leur nom est inspiré du latin « flaveo » qui signifie « jaune » et du grec « eidos » qui signifie « aspect ».

Vous l’aurez compris, les flavonoïdes donnent effectivement un aspect jaune/orangé aux végétaux qui l’abritent. Même si, en réalité, les pigments en question vont du rouge à l’ultraviolet. D’ailleurs, certaines variétés de cannabis doivent leur belle couleur violette (comme la Purple !) à la présence d’un flavonoïde, l’antoxantina.

Mais ces fausses vitamines ne sont pas uniquement là pour ravir nos mirettes. S’ils donnent de jolis tons colorés aux fleurs et aux fruits, c’est avant tout pour assurer la survie de la plante ! En effet, ils régulent le cycle cellulaire et attirent les agents pollinisateurs, conjointement avec les terpènes, qui eux, jouent sur l’odeur.

En plus de cela, les flavonoïdes participent à plusieurs mécanismes de défense :

  • Ils protègent la plante des rayons du soleil en cas de surexposition ;

  • Ils luttent contre le stress biotique, causé par les attaques d’insectes, mais aussi contre le stress abiotique, causé par un environnement inhospitalier (sécheresse, excès d’eau, excès d’humidité, etc.).

Bref, dans le règne végétal, les flavonoïdes sont extrêmement utiles… Le sont-ils également une fois dans notre organisme ?

LES FLAVONOÏDES, BONS POUR LA SANTÉ ?

Découverts il y a bientôt 80 ans, les flavonoïdes ne se sont retrouvés sur le devant de la scène que très récemment. Et aujourd’hui, ils font partie des phytonutriments les plus traqués par celles et ceux qui embrassent un mode de vie sain. D’où vient cet engouement … ?

THE FRENCH PARADOX

On trouve des flavonoïdes à peu près dans tous les fruits et légumes que l’on consomme. Toutefois, certains aliments sont plus concentrés que d’autres.

C’est par exemple le cas du vin rouge. Et vous allez voir que ce n’est pas pour rien si certains médecins recommandent « un verre de vin rouge par jour ».

Il y a une quinzaine d’années, certains scientifiques ont été interpellés par le faible taux de maladies cardiovasculaires chez les Français, pourtant connus pour leur bon coup de fourchette (surtout lorsqu’il s’agit de plats riches en graisses saturées) et leur affliction pour le vin rouge.

Comment le cœur de ces bons vivants fait-il pour survivre à un tel régime ? Un mystère, que les scientifiques ont appelé « the French paradox ».

Et c’est ainsi que l’on a découvert que la boisson nationale des Français est bourrée de ces fabuleux phytonutriments. Et à partir de là, la folie des flavonoïdes s’est emparée du marché des compléments alimentaires.

LES FLAVONOÏDES ET LES MÉDECINES ANCESTRALES

Cet engouement a été d’autant plus relayé, car il se trouve que la médecine traditionnelle chinoise et la médecine ayurvédique de l’Inde reposent toutes les deux sur l’emploi d’extraits de végétaux riches en polyphénols, famille de phytonutriments dont les flavonoïdes font partie.

Ces médecines ancestrales préconisent les aliments riches en flavonoïdes pour :

  • Protéger la peau ;

  • Réguler le taux de sucre dans le sang ;

  • Prévenir les maladies neurodégénératives ;

  • Lutter contre le cancer ;

  • Préserver la santé cardiovasculaire.

Aux yeux de la médecine occidentale (et des autorités de santé européenne !) aucune de ces propriétés ne peut être attribuée aux flavonoïdes, car les études menées in vivo ne sont pas concluantes.

Toutefois, ces médecines ne sont pas moins légitimes que la médecine occidentale. Elles s’appuient simplement sur des paradigmes qui ne sont pas toujours compatibles avec ceux de la science. Par exemple, il est très rare que les propriétés d’un extrait végétal soient attribuées à une seule molécule de l’ensemble de son bagage moléculaire. Par ailleurs, ces médecines ont généralement une approche holistique, et prennent en compte tout un tas de facteurs propres à chaque patient.

LES FLAVONOÏDES ET LEURS PROPRIÉTÉS PROUVÉES

La science se montre moins euphorique que les allégations faites par les fabricants de compléments alimentaires. Pour autant, les flavonoïdes ont fait l’objet de nombreuses études, et plusieurs actions bénéfiques sur la santé ont pu être mises en exergue.

POUVOIR ANTIOXYDANT

In vitro, les flavonoïdes se comportent comme d’excellents antioxydants. Rappelons que les antioxydants contribuent à réduire la quantité de radicaux libres, lesquels provoquent la dégénérescence cellulaire, laquelle est parfois à l’origine de cancers et autres maladies.

Toutefois, comme nous le disions à l’instant, les scientifiques sont sceptiques. Selon eux, les flavonoïdes ont une biodisponibilité beaucoup trop faible pour exercer quelconque effet antioxydant notable. C’est pour cela que ces activités antioxydantes ne sont pas observées in vivo.

Selon les scientifiques, les pouvoirs antioxydants des flavonoïdes se limitent au sang ainsi qu’au tractus gastro-intestinal, sans être bénéfiques pour nos organes. De ce fait, aux yeux de la science, les flavonoïdes n’auraient aucun pouvoir anti-cancer.

RENFORCEMENT DES CAPILLAIRES SANGUINS

Lorsqu’ils se sont penchés sur le cas du « French Paradox », les scientifiques ont découvert que les flavonoïdes sont capables de réduire la perméabilité des vaisseaux et de renforcer leur résistance. C’est ce qui expliquerait pourquoi les Français (amateurs de vin rouge !) ont une excellente santé cardiovasculaire si l’on considère leur régime alimentaire (pas toujours très diététique, il faut le dire).

Selon une étude publiée dans Cochrane [2], une revue scientifique renommée, les flavonoïdes pourraient :

  • Lutter contre l’insuffisance veineuse ;

  • Prévenir la formation d’œdème ;

  • Améliorer la condition des personnes qui souffrent de crampes et de picotements dans les membres ;

  • Favoriser la bonne santé du système cardiovasculaire.

POTENTIELLES PROPRIÉTÉS THÉRAPEUTIQUES DES FLAVONOÏDES (PAS ENCORE SCIENTIFIQUEMENT PROUVÉES)

Comme nous le disions un peu plus tôt, lorsque l’on se penche sur les faits scientifiques, l’activité thérapeutique des flavonoïdes n’est pas aussi abondante que ce que l’on entend dire. Pour autant, certaines études pointent du doigt plusieurs potentielles propriétés :

  • Anti bactériennes ;

  • Anti virales ;

  • Antiagrégants plaquettaires (activité similaire à un anticoagulant) ;

  • Antiinflammatoire ;

  • Anti tumorales.

Bien que des études supplémentaires sont nécessaires, il n’est donc pas exclu que les flavonoïdes puissent potentiellement être de grande utilité pour traiter les maladies inflammatoires (à l’origine de douleurs chroniques), les maladies neurodégénératives, et même certains cancers (dont celui des poumons).

Certaines propriétés citées dans la suite de cet article concernant les flavonoïdes du cannabis ne sont donc que des suppositions.

LES 5 PRINCIPAUX FLAVONOÏDES DU CANNABIS ET LEURS VERTUS

On recense à ce jour plus de 8000 flavonoïdes, et en ce qui concerne ceux du cannabis, on en dénombre une vingtaine. Essentiellement synthétisés au niveau des fleurs et des feuilles de la plante, leur présence varie en fonction de la variété et des conditions de culture.

Voici les 5 principaux flavonoïdes du cannabis.

CANNFLAVINE A, B ET C

Ces flavonoïdes sont une exclusivité du Cannabis Sativa ! On ne les trouve en effet nulle part ailleurs. Ils ont toutefois réussi à attirer l’attention de la science.

En effet, les cannflavines A et B sont inhibiteurs de prostaglandine E2, connue en pharmacie sous le nom de dinoprostone, un médicament utilisé pour la pratique d’une IMG (interruption de grossesse pour motifs médicaux).

En quoi est-ce intéressant ? Eh bien il se trouve que la prostaglandine E2 présente une certaine affinité avec notre système immunitaire, cette substance entre en effet en jeu dans le mécanisme de l’inflammation.

De ce fait, ces flavonoïdes cannabiques auraient un pouvoir antiinflammatoire. Et pas des moindres, puisque selon certaines études in vitro, les cannflavines A et B seraient 30 fois plus puissants que l’aspirine !

VITEXINE/APIGÉNINE

Les flavonoides dans la camomille

Plus connu sous le nom d’apigénine, on trouve ce flavonoïde dans les fleurs et les feuilles de chanvre, mais aussi dans le persil, le romarin, la camomille et dans de nombreux autres végétaux utilisés en médecine traditionnelle chinoise pour [3] :

  • L’effet antioxydant ;

  • Les propriétés antiinflammatoires ;

  • La protection du système neurologique ;

  • L’effet tranquillisant, anxiolytique et sédatif.

L’apigénine fait partie des flavonoïdes à l’origine du French Paradox. En effet, les aliments de base du régime méditerranéen en contiennent de grandes quantités !

En parallèle, certaines études suggèrent que l’apigénine pourrait être efficace pour lutter contre le cancer du sein.

KAEMPFÉROL

Autre flavonoïde phare du cannabis : le kaempférol, que l’on trouve également dans les brocolis, la ciboulette, les poireaux et les épinards ainsi que dans les fraises et la mure.

Selon certaines études, ce flavonoïde présente un pouvoir antioxydant efficace, faisant de lui un potentiel agent anti cancérigène. D’autres observations suggèrent également que le kaempférol aurait une activité anti-hémolytique remarquable. Cela signifie qu’il permettrait notamment de combattre l’anémie.

QUERCÉTINE

La quercétine est l’un des flavonoïdes les plus populaires de tous, et on le trouve dans le cannabis ! Il est également présent en grandes quantités dans le raisin, les cerises, les baies ou encore, dans le chocolat noir.

On lui prête plusieurs propriétés thérapeutiques dont :

  • Un effet antioxydant et donc potentiellement anti cancer, comme la majorité des flavonoïdes ;

  • Une action anti-allergène et anti-asthmatique ;

  • Des propriétés anti-inflammatoires ;

  • Une protection cardiovasculaire

LUTÉOLINE

On retrouve également ce flavonoïde du cannabis dans le céleri, le poivron vert, le thym et les carottes. Encore une fois, ce sont des aliments très consommés autour du bassin méditerranéen !

Quoi qu’il en soit, comme la plupart des flavonoïdes, la lutéoline est un excellent antioxydant et pourrait donc aider à prévenir certains cancers. Certaines études lui suggèrent également des propriétés régulatrices notamment du système immunitaire. De ce fait, on la considère comme un potentiel antiinflammatoire efficace.

LES FLAVONOÏDES DU CANNABIS : QUELS EFFETS SUR LA SANTÉ ?

Si beaucoup se focalisent sur les potentiels bienfaits des cannabinoïdes, et plus particulièrement sur celui du CBD, vous savez maintenant que les flavonoïdes contenus dans le cannabis ont également leur rôle à jouer !

Comme nous venons de le voir, les flavonoïdes du cannabis ont tous potentiellement des propriétés bénéfiques pour la santé. Mais que sait-on réellement de leur action sur la santé lorsqu’ils sont absorbés via un extrait de cannabis ?

LE SYSTÈME ENDOCANNABINOÏDE

Pour comprendre comment agissent les flavonoïdes absorbés lorsque vous consommez une huile de CBD ou tout autre produit à base d’extrait de chanvre, il faut savoir ce qu’est le système endocannabinoïde (SEC).

Son rôle ? Maintenir notre organisme dans un état d’homéostasie, c’est-à-dire dans un état d’équilibre optimal. En effet, les récepteurs qui composent le SEC sont présents au niveau de notre système immunitaire et de notre système nerveux.

C’est pour cela que l’on attribue de nombreuses propriétés thérapeutiques aux cannabinoïdes, plus particulièrement au duo THC/CBD. Toutefois, depuis quelques années, certains scientifiques affirment que les cannabinoïdes n’agissent pas seuls …

CANNABINOÏDES, TERPÈNES ET FLAVONOÏDES : L’EFFET D’ENTOURAGE

Selon la théorie de l’effet d’entourage, les cannabinoïdes agissent en synergie avec les autres composants de la plante : les terpènes, et les flavonoïdes. Autrement dit, le CBD que vous consommez est davantage efficace lorsque vous consommez également les terpènes et les flavonoïdes du cannabis.

C’est pour cela que certain(e) expert(e)s recommandent de privilégier les produits CBD dits « full spectrum », voire « broad spectrum » si l’on ne souhaite pas consommer de THC du tout.

Le Guide recommande également de veiller à ce que les terpènes contenus dans l’huile ou le concentré en question soient d’origine naturelle et qu’ils aient été extraits du cannabis. Ces substances aromatiques sont en effet très utilisées dans l’industrie agroalimentaire sous leur forme synthétique.

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Paiement sécurisé Commandez en toute sécurité
Livraison rapide Expédition & Livraison rapide
Service client À vos côtés 7j / 7 !

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,